Motifs majeurs n°1

Petite phase technique de mon côté… J’ai l’impression que le fait de m’habituer à manipuler ces motifs m’ouvre de nouvelles portes pour développer plus librement certaines idées mélodiques.

La technique guitaristique devient assez lourde dès qu’on commence à vouloir intégrer des triades dans le discours. Les doigtés deviennent compliqués, les écarts importants, les démanchés et sauts de cordes fréquents…

L’idée principale ici est d’isoler des doigtés récurrents pour relativiser la difficulté de certaines phrases et ainsi élargir le discours musical. Autrement dit, il ‘s’agit de créer des nouveaux automatismes pour contrer, noyer les anciens. J’utilise allègrement les liaisons côté main harmonique et le sweeping côté main rythmique comme d’habitude. Plus par recherche de vitesse, aisance, fluidité que par simple fainéantise.

Je préfère dire « main harmonique » pour la main qui frette les cordes et « main rythmique » pour celle qui gratte. En tant que gaucher, ça me parle plus que « main gauche » et « main droite ». Mais on est bien d’accord la main harmonique génère aussi du rythme et la main rythmique génère aussi de l’harmonie… bref…

Le résultat comme je l’utilise sonne assez coltranien, c’est plutôt marrant. La finalité, je le répète, n’est pas seulement technique ; ça permet aussi et surtout de s’habituer à des doigtés qu’on n’utilisait pas auparavant et donc de libérer dans une certaine mesure son jeu dans le cadre de l’improvisation.

Il faudrait, pour aller plus loin, inclure des triades mineures, diminuées, augmentées, d’autres positions sur le manche, exploiter un peu plus les cordes aiguës, tester des combinaisons commençant par la tierce, la quinte, la septième.

N’hésitez pas à utiliser des cycles précis de modulation (cycle des quintes justes, tierces mineures alternées à majeures etc.) pour travailler dans toutes les tonalités. D’une part, on obtient une continuité nouvelle et intéressante avec chaque cycle, mais d’autre part ça force à trouver de nouveaux doigtés lorsqu’on est confronté à une impasse technique (saut de corde/doigté impossible). Le choix du doigté adéquat doit devenir instinctif, quelle que soit la phrase à jouer, en temps réel, et c’est peut-être ça le gros morceau en fait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :